La ville ne dort pas

On dirait qu’elle a pris trois shots d’espresso de trop. Les shakes de caféine n’arrêteront jamais tant qu’elle boit de l’eau pour les aider. C’est une énergie moitié-anxieuse-plutôt-excitée anyway, avec tout qu’on découvre au centre-ville au moment présent. T’étais pas l’seul à rester debout jusqu’aux premiers rayons du soleil qui apparaissent là-haut dans le ciel. Tes chums t’amèneront un autre américano plus tard, tsé? Bref, les petits twitch dans l’coin de l’œil ne paraissent pas si pire quand toute la gang en ont en même temps. C’est un peu comme le début du flick Anderson et Thom Yorke. Un pour tous, tout pour un, non? 

La ville ne dort pas depuis quelques jours, et toi pleine de bines après ta sieste, t’es garanti de ne pas dormir avant demain itou. L’art que tu consommes en passant dans les ruelles, en écoutant la musique en mélodies créée par des faces que tu ne connais pas trop, mais qui t’invitent à y rester un peu plus longtemps, comme si tu les connaissais depuis ta jeunesse. C’est ça l’esprit d’Up Here. T’entends des mots échangés entre des muralistes, tu peux les écouter pendant des secondes, des minutes, ou bien des heures si ça t’tente,  en observant le processus de création avec enthousiasme. C’est comme désemballer un cadeau qui restera au plein milieu de la ville après qu’ils seront partis. Si t’es chanceux, peut-être y’auront besoin d’aide et tu laisseras à ton tour ta marque dans notre petite cité du nord.

La ville ne dort pas et tu découvres que parfois, c’est mieux de même. On s’est réveillé de l’hiver un peu en retard. On a l’goût de bouger depuis que les bancs de neige ont fondu dans l’jardin du voisin. Y’est 3 heures du matin et y’a encore des tunes qui flottent dans un petit trou dans l’mur, des vagues de jambes qui dansent, des têtes qui bop avec la bass d’une band et là, ça va. On arrive à être un peu moins encombrés par la fin d’une soirée en pleine sueur, le sourire aux lèvres, entouré d’étrangers et d’amis, pareil.

Photo supplied by Sara Gibson

Photo supplied by Sara Gibson

Sara Gibson